MEMOIRE VIVANTIEL SUITE II

 

PARTIE III

 

 

 

PRINCIPAUX BENEFICES DE LA SOPHROLOGIE

 

 

 

 

 

 

LA CONFIANCE

 

 

 

L'apport majeur ( outre une meilleure acuité de la conscience) que je retire de la sophrologie est une réelle amélioration de ma confiance en moi.

 

Sous une apparence assez sûre de moi ( car consciente de certaines qualités), je suis une personne doutant beaucoup.

J'ai beaucoup recherché l'approbation de mon entourage ou beaucoup craint le regard des autres... par peur de mal faire, de blesser, de déplaire.

 

"Pour être adulte, il ne faut pas se chercher dans le regard des autres.Il faut trouver les ressources en soi" Philippe Maillard, aumônier des prisons.

 

La sophrologie m'a donné la possibilité de faire un grand pas en avant dans ce domaine.

 

J'ai trouvé ma place dans diverses situations, notamment vis à vis de personnes très proches .J'ose me dévoiler telle que je suis, exposer ma façon de voir ou de ressentir les choses. J'ose faire pour moi et non pour les autres ou en fonction de ce que je crois qu'ils pensent...

Je ne me plie plus en quatre pour faire absolument plaisir ( ou croire que je fais plaisir..)

Je m'affirme et sans entrer en conflit du tout. Cela se passe tout seul.. pour des choses dont je me faisais auparavant tout un monde....

 

La confiance se retrouve à d'autres niveaux:

 

  •  

     

 

  •  
    • je m'exprime plus aisément en ce qui concerne mes émotions parce que j'enprends pleinement conscience. Les vivant au moment présent et en pleine conscience, je peux les faire partager facilement alors qu'il me fallait parfois mettre par écrit mes ressentis pour pouvoir les clarifier ( à moi même) et les exposer à d'autres.

 

 

  •  
    • j'ai également découvert que j'ai, comme chacun, la capacité d'activer le positif en moi. Et même si actuellement, je suis dans une période " ou j'ai tendance à ruminer", je sais que je peux sortir de ce cercle vicieux et me réinstaller dans un cercle vertueux.

      C'est une force énorme lorsqu'on a tendance à s'inquiéter pour demain.

 

  •  
    • la sensation d'être armée grâce à la sophrologie: pouvoir me ressourcer en moi, pouvoir activer le positif, être capable d'activer plus sereinement certaines difficultés de la vie.

 

 

 

LA CONNAISSANCE DE SOI

 

 

La pratique de la sophrologie a dévoilé beaucoup en moi.

J'ai pris conscience de beaucoup de choses.

Mes intuitions, mes sensations ont pris sens.

Et se connaître est primordial pour pouvoir avancer.

 

Pascal écrivait: " Il faut se connaître soi même. Quand cela ne servirait à trouver le vrai, cela sert au moins à régler sa vie. Et il n'y a rien de plus juste"

 

Cette meilleure connaissance m'amène, sans regret et sans rêve utopique à la juste réalisation de moi même, qui est un processus de croissance infini ( d'ou la nécessité de continuer) et non un état stable et définitif.

 

 

 

VIVRE DANS LE PRESENT

 

 

Je ne pense pas que cela soit ma qualité première. Mais, j'ai bien intégré que le corps vit dans le présent et pas forcément l'esprit, trop souvent dans le passé ou le futur.

Or, j'ai la chance d'avoir un corps sain. Ainsi, je m'applique à apprécier chaque jour la vie dans ce corps, assez peu douloureux somme toute.

 

Je m'applique régulièrement à revenir sur mes sensations et émotions présentes lorsque je me laisse envahir par les questions parasites sur demain ( questions que je ne pourrai totalement chasser tant que mon avenir professionnel, que je considère comme partie importante de ma vie, ne sera pas choisi, assuré et assumé...).

 

Tant et si bien que certains progrès se révèlent dans ma vie de tous les jours.

Deux exemples en témoignent:

 

 

° Ma fille , depuis 3 ans, invite sa classe à une pyjama partie, pour fêter les vacances de Noël. J'ai toujours accepté, ayant une certaine nostalgie de maisons pleines d'enfants ( nous sommes de nombreux cousins dans ma famille). Mais, chaque année, me retrouver avec 20 enfants à dîner plus certains parents pour l'apéritif, ce n'est pas de tout repos. Et, jusqu'à présent, je me gâchais le plaisir du moment en pensant au bazar que j'allais retrouver ensuite... ou au bruit qu'il allait falloir supporter quelques heures durant...

Cette année, chaque chose en son temps, j'ai profité pleinement du moment, sans penser aux

inconvénients derrière... et j'ai même conseillé à mon mari d'en faire autant au lieu de râler avant l'heure.

 

° Je joue depuis de longues années au tennis.

Depuis quelques temps, je gagne assez aisément des adversaires qui me battaient jusqu'à présent. Je n'ai pourtant pas fait de progrès techniques mais je suis certainement plus concentrée sur le moment présent. Je joue une balle après l'autre au lieu de penser déjà aux conséquences sur la suite du match si je gagne ou perds la balle en cours de jeu.

 

 

 

LA RESPIRATION

 

 

La sophrologie utilise beaucoup la respiration.

Découvrir, maîtriser, apprendre à me servir de ma respiration a été et est toujours un réel plaisir.

 

J'avais déjà eu l'occasion de travailler un peu sur ma respiration lors de séance de kinésithérapie, par exemple. Je m'étais ainsi rendue compte que ma respiration était assez "haute" et "à l'envers",

lorsque je la voulais abdominale. Mais je m'étais arrêtée là.

 

J'ai découvert avec la sophrologie que la respiration pouvait être un outil de concentration, d'apaisement des tensions, de dynamisme ou de relaxation du corps, d'éveil... elle est en fait un

trait d'union entre corps et esprit.

 

J'ai aimé travailler sur mon diaphragme pour le faire descendre.

 

 

J'aime sentir ma respiration dans le nez,les bronches, la cage thoracique ou venir masser mes organes intestinaux.

 

J'aime sentir cette sensation de vague qui monte et descend, qui nait dans la coupe du bassin, passe le long de la colonne....

 

Et j'apprécie particulièrement cette idée de partir de la respiration et de transformer celle ci en souffle, souffle de vie, d'énergie... que l'on peut envoyer à chacun de nos systèmes.

 

 

 

INTUITION ET PRISE DE CONSCIENCE

 

 

La sophrologie a aiguisé ma conscience de façon indéniable

 

 

J'ai découvert beaucoup sur moi, pris conscience de qui j'étais.( prise de conscience pas forcément confortable car ne correspondant pas forcément à ce que je peux souhaiter, mais prise de conscience qui seule, me permettra de pouvoir changer).

 

Ma conscience est en éveil.

Mes intuitions se transforment en actions en conscience....

 

Le travail sur les grandes valeurs, comme j'ai pu l'évoquer précédemment, m'a permis de comprendre mon malaise, mon burn out.

Tout ce que je ressentais intuitivement s'est imposé naturellement en réponse à une valeur personnelle qui est remontée clairement de ma biologie , qui m'a éclairée et soulagée en quelque sorte, dans ma démarche.

 

Ainsi, l'intuition s'est elle affirmée et est devenue explication.

 

 

 

CONSCIENCE ET VIVANCE PHRONIQUE

 

 

L'entrainement régulier m'a fait comprendre l'intérêt de la répétition et de l'intégration des vivances.

C'est en répétant et en s'intéressant au phénomène tel qu'il se présente que je peux découvrir mes capacités et éveiller de plus en plus ma conscience.

 

La sophrologie, à travers l'émergence de phénomènes qui se répètent, m'a permis de m'ouvrir à de nouveaux horizons.

 

 

Le fait de s'arrêter sur les possibilités du corps et/ou de l'esprit m'aide à concevoir mon existence en tant qu'individu autonome et responsable.

 

 

 

 

INTENTIONNALITE

 

 

Mon désir et ma volonté de comprendre et d'intégrer la méthode de la sophrologie caycédienne se sont petit à petit ( mais je ne saurais dire quand) transformés en intentionnalité d'utiliser toutes mes capacités ( révélées par la sophrologie) pour mieux vivre ma vie quotidienne.

 

Cependant, je me sens aujourd'hui, un peu au pied du mur.

 

La sophrologie, en me faisant ouvrir les yeux sur moi même, m'a fait prendre conscience de certaines contradictions qui existent en moi, m'empêchant de vivre justement ce quotidien de façon tout à fait sereine.

 

En effet, j' ai appris l'importance de certaines valeurs pour moi.

Défendre celles ci et les vivre dans mon entourage se passe relativement bien.Ce n'est pas aussi évident dans le monde du travail.

 

 

Mon problème actuel réside dans la dualité entre un refus du consumérisme, de l'argent qui fait loi et donc de travailler pour des sociétés ou l'individu est renié et relégué au niveau du matériel ( ...) et

la recherche d'un travail qui me plaise et me fasse vivre ( et donc un travail qu'il est fort probable que je trouve dans ce type d'entreprise compte tenu de ma formation).

 

L'animation de séances de sophrologie m'apporte beaucoup, dans la relation avec un groupe, dans le phénomène d'alliance ou dans ma recherche personnelle d'harmonie mais ne me permet pas de vivre.

 

Je me retrouve ainsi entre une valeur forte qui me porte ( qui explique mon cheminement sur plusieurs années) et une non valeur ( le manque de travail).

Le manque de travail est une non valeur car le travail contribue, pour moi, à exprimer mes aptitudes, à tisser des liens, à être utile aux autres, à donner du sens à la vie. Et même en tant que source de revenu, j'estime le travail important car il assure mon indépendance.

 

Et dans ce cadre bien précis, il m'est difficile de garder le juste équilibre entre intuition et volonté.

 

Mon intentionnalité de m'adapter au monde extérieur sans me nier moi, n'est donc pas facile à préserver, notamment dans le domaine professionnel.

 

 

(...)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :